Eglise catholique au Togo : blog d'un prêtre de Lomé !

homélie 2ème dimanche de l’Avent B

2ème dimanche de l’Avent B


Voici votre Dieu, voici le Seigneur Dieu !


La première lecture nous offre un motif de joie, de consolation : notre Dieu paie nos dettes à notre place, notre Dieu nous libère de nos fautes, notre Dieu nous promet une vie nouvelle. Comme le confirme le psaume 84, Dieu vient renouveler notre existence, notre Dieu vient transformer notre vie de péché, notre monde d’inquiétudes et de guerres, notre société d’injustice et de haine, nos familles désunies, nos communautés divisées. Dieu vient récréer un monde nouveau où tous les hommes vivront dans la paix, libérés de tous les soucis, du péché, des maladies, de la faim, de la misère, des échecs, des embûches de l’ennemi, de la mort…


Notre Dieu l’a dit et il le fera. Mais quand ?

 

Nous aimerons tellement que ce monde nouveau de paix, de liberté, d’abondance advienne maintenant et tout de suite. Nous avons assez de nos misères, de nos échecs, du poids du péché, des maladies, de la pauvreté. A notre désir de voir se réaliser au plus tôt cette promesse de Dieu, l’apôtre Pierre répond : n’oublions pas que pour le Seigneur, un seul jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un seul jour. Et il poursuit, le jour du Seigneur viendra comme un voleur. Oui Dieu ne nous avertira plus avant de venir, il est déjà venu, il vient et il reviendra.


Chers frères et sœurs, nous sommes déjà au deuxième dimanche de l’Avent et bientôt le Christ sera là pour réaliser les promesses divines. Comment nous préparons nous pour l’accueillir ? Les textes de ce dimanche sont clairs : Dieu vient nous donner la paix mais il attend de nous que nous vivons entre nous dans l’amour et la justice (cf. le Ps) ; Dieu vient nous libérer de tout ce qui nous empêche d’être heureux mais il nous commande de préparer  la route de notre cœur, de faire le ménage dans notre vie, de nous convertir (cf. 1ère lecture et Evg.).


Concrètement cela revient à découvrir et à changer tout ce qui dans notre vie n’est pas au service de la justice et de l’amour, à reconnaître nos péchés et à les confesser dans le sacrement de pénitence. Dans l’Evangile, il est dit que Jean donnait un baptême pour le pardon des péchés afin de préparer les gens à la venue du Christ.Aujourd’hui notre baptême de conversion est le sacrement de confession. Un chrétien normal, ne peut pas rester loin de ce sacrement. Il nous faut donc être régulier dans la confession de nos péchés. Ne nous trompons pas, en disant que nous pouvons confesser directement nos péchés à Dieu, au mur dans notre chambre. Dans l’Evangile les gens sont allés à Jean Baptiste dans le désert, nous aussi nous devons passer par un Jean Baptiste, c’est pourquoi la confession, comme nous l’enseigne l’Eglise, se fait à un prêtre, qui pardonne au nom de Dieu. A bon entendeur, salut !


Et pour finir, je voudrais nous rappeler le thème de cette année pastorale : «Par la parole et notre vie de foi, témoignons du Christ au milieu de nos frères ».A la lumière des lectures de ce dimanche, notre témoignage serait d’annoncer à tous que Jésus vient nous libérer et de nous opposer à toutes les formes d’oppression et de mépris de l’homme : travail mal fait, corruption, mensonge, vol, gaspillage, tricherie, mauvais traitement des domestiques, jalousie, infidélité conjugale, indifférence … et la liste continue, chacun sait là où il a à faire effort.


Frères et sœurs, veillons donc et convertissons-nous maintenant sans attendre demain pour que nous soyons prêts à accueillir le Christ qui vient. Puisse le Christ, qui vient nous baptiser dans l’Esprit Saint,nous accorder l’Esprit de justice et d’amour. Amen !

 

Romain Séménou, Diacre

Lomé, le 02 décembre 2011



03/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres