Eglise catholique au Togo : blog d'un prêtre de Lomé !

St Tarcicius, modèle des servants de messe

St TARCICIUS


Tarcicius répondait la messe au prêtre qui la célébrait, lorsque celui-ci, demanda quelqu’un pour porter l’Eucharistie à un malade, comme c’était d’usage. L’enfant s’avance : « tu es trop jeune, mon fils lui dit le prêtre, c’est une mission aussi périlleuse que sainte. Si les païens te rencontraient, qu’adviendrait-il de toi ? Il faut être prêt à tout souffrir, même la mort, plutôt que de livrer ce dépôt sacré ! »

« Mon père, répond Tarcicius, ne craignez pas de me confier le Sacrement du Corps du Christ, je vous réponds de le porter saintement et de le garder avec fidélité. J’endurerais mille morts plutôt que de me le laisser arracher ! »

Devant ce courage, le prêtre, après avoir levé les yeux au ciel, bénit l’enfant et suspendit à son cou la sainte custode qui contenait le Corps de Jésus.

Revêtu d’un long manteau qui cachait le précieux trésor, Tarcicius, les mains croisées sur la poitrine, partit en bénissant Dieu de l’honneur qui lui était fait. Pressant avec ferveur son Jésus sur son cœur, il marchait sans lever les yeux.


Des païens, ennemis acharnés du Christ et de ses disciples, apercevant cet enfant si recueilli, enveloppé d’un long manteau se doutent de sa mission : « C’est pour sûr un chrétien ! Que porte-t-il ainsi avec tant de gravité ? » Aussitôt Tarcicius est entouré, arrêté : « montre-nous ce que tu tiens ! » Pas de réponse. Ils essaient d’ouvrir les mains croisées sur la poitrine. Impossible : avec des forces décuplées, l’enfant serre sur son cœur son précieux trésor ! Alors ivres de colère, ils le menacent de mort s’il ne leur montre pas à l’instant même ce qu’il cache ainsi ; mais, offrant à Dieu le sacrifice de sa vie, Tarcicius, les yeux levés au ciel, serre plus étroitement sur son cœur son Seigneur et son Dieu.

Les barbares alors l’assassinent à coups de pierres et d’épées et d’une main sacrilège veulent s’emparer du trésor si bien défendu. O miracle, l’hostie n’était plus là ! Le Dieu tout-puissant avait gagné avec Tarcicius le rivage des cieux où il se donnait en communion éternelle au martyr de l’Eucharistie !


Sur la tombe, on inscrivit :

St Tarcicius, martyr à Rome IIIème siècle sur la Voie Apienne, vers l’âge de 8 ans.


SERVANT

CORDON BLANC

Jean Paul II,

Extraits de l'Audience Générale du 1er août 2001


Votre engagement auprès de l'autel n'est pas seulement un devoir, mais un grand honneur, un authentique service saint. A propos de ce service, je désire vous soumettre quelques réflexions.


Le servant d'autel occupe une place privilégiée dans les célébrations liturgiques. Qui sert la Messe se présente à une communauté. Il sent, de près, que Jésus-Christ est présent et agissant dans tout acte liturgique. Jésus est présent quand la communauté se réunit pour prier et rendre gloire à Dieu. Jésus est présent dans la Parole des Saintes Ecritures. Jésus est présent surtout dans l'Eucharistie sous le double signe du pain et du vin. Il agit à travers le prêtre qui, in persona Christi, célèbre la Messe et administre les Sacrements.

 

Dès lors, au cours de la liturgie, vous êtes beaucoup plus que de simples "assistants du curé". Vous êtes surtout des serviteurs de Jésus-Christ, de l'éternel Grand-Prêtre. Ainsi, vous, servants d'autel, êtes appelés en particulier à être de jeunes amis de Jésus. Engagez-vous à approfondir et à cultiver cette amitié avec Lui. En Jésus, vous découvrirez un véritable ami pour la vie.



05/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres