Eglise catholique au Togo : blog d'un prêtre de Lomé !

Respect et discrétion (en taxi, zémidjan, cyber, services publics)

Respect et discrétion

 

  • Dans le taxi :

 

Quand vous êtes seul dans un groupe de passagers :

 

- Saluez en prenant place. Occupez-vous ensuite à réfléchir à ce que vous ferrez à l’arrivée et confiez vos projets au Seigneur dans une prière. Ainsi vous économiserez salive et énergie ; de plus vous éviterez de vous fourvoyer dans des discussions sans incidence sur votre progrès ou celui de la nation.

 

- Répondez juste par un sourire, quand on vous contraint à exprimer votre opinion sur des questions délicates ou mal venues.

 

A deux ou plus dans un groupe de passagers inconnus :

 

- Abstenez-vous de traiter de sujets personnels ou intimes. Ne nommez pas des personnes dans votre discussion. C’est simpliste de croire que comme vous ne connaissez pas ceux qui partagent le taxi avec vous, eux aussi ne vous connaissent pas de même que ceux que vous nommez. Ne vous étonnez donc  point quand vous aurez les échos de vos propos ; si les murs ont des oreilles… que dire des passagers inconnus ?

 

- Ne jouez pas aux amoureux dans les transports communs. Cela indispose plus d’uns et force les personnes sensibles à se blottir dans un coin, vous laissant plus de place que vous en avez payée. Ce n’est pas juste ou bien ? Même si le temps s’envole, l’amour demeure. Alors un peu de retenue, à la descente, vous pourrez donner libre cours à l’expression de votre amour, si amoureux conscients et mâtures vous êtes !

 

  • Sur le Zémidjan (Taxi-moto) :

- Pas de bavardage sur sa vie privée, se contenter d’indiquer sa destination et de négocier le prix. Si le trajet est long, prenez votre chapelet. Qui sait, ce que vous aurez dit sur vous, pourrait constituer le socle de la discussion du Zman (conducteur)  et de son prochain passager !

 

- C’est préférable de descendre des fois un peu avant sa destination, surtout quand vous ne tenez pas à ce que tout Lomé – j’exagère – sache où vous vous êtes rendu. La discrétion n’est pas mentionnée dans la déontologie  des Zémidjan. C’est bien vrai qu’il est dit que « rien de caché qui ne sera révélé » (cf. Mt 10, 26) ; mais il n’est pas mal de prendre le temps de cacher avant qu’il n’y ait révélation !

 

- Toutefois avouons-le, nos routes connaissent tout de même bien de Zémidjanmen discrets, mâtures et pondérés ; mais le mal, c’est qu’ils n’ont pas de badges !

 

  • Dans les services publics:

Les visiteurs :

 

- Les demandeurs de services sont la raison d’être et de pérennité des services publics, ils sont créés et fonctionnent pour vous qui venez solliciter des prestations. Alors cessez d’avoir peur, de tourner en rond en ces lieux.

 

- En arrivant, ayez une idée claire et précise du service que vous désirez. Dirigez-vous droit au poste de renseignements, sans omettre d’adresser un salut à ceux que vous rencontrez. On ne sait jamais, vous pourriez  irrespectueusement dépasser l’agent qui assume l’office de renseignement ; soyez en sûr, il vous retournera la monnaie de votre pièce – à moins qu’il ait déjà rencontré le Christ.

 

- Dans un bureau, saluez courtoisement tous les occupants et parlez d’une manière audible pour que l’agent n’ait pas à vous faire répéter plusieurs fois. Le poids de la journée et du labeur aidant, il pourrait s’irriter et la suite se compliquera.

 

- A la fin du service, dire toujours le petit mot“ merci ”. Et devant un service bien rendu, exprimez en termes plus riches votre gratitude et encouragez l’agent. Quand le service s’avère mal rendu, vous avez le droit de signifier votre insatisfaction et d’exiger une correction ou un renouvellement du service. Mais vous n’avez guère le droit de vous y prendre d’une manière impolie, brute. Réclamez, oui, mais toujours avec plein d’égard, de respect et de tact pour ne pas frustrer ou énerver votre interlocuteur. Vous y gagnerez certainement plus !

 

Les fonctionnaires :

 

- Que le visiteur se sente accueilli. Il est de bon ton de lui indiquer un siège pour qu’il s’asseye. En effet même si le siège est vide et que tout porte à croire qu’il est là pour le visiteur, le bon sens force à attendre une invitation avant d’y prendre ses aises.

 

- La fatigue, le stress et les soucis ne sont point des excuses – professionnellement recevables – pour rabrouer les demandeurs de services. Ce serait mieux d’afficher à la porte « Fin de service » et de prendre un temps de repos. Mais le contrat d’embauche ne le permettant point, chers prestataires de services, tenez bon et beaucoup de courage. Nous vous comprenons, comprenez aussi que votre sourire, votre bon accueil nous met à l’aise et nous sauve des bredouillements et des tics de gamin traqué !

 

  • Au cyber :

- Un cyber, où règne le silence est un endroit propice au travail. Alors chers internautes, préservez le silence même si vous êtes plusieurs sur un unique poste ; sachez que ce n’est pas tous qui viennent juste et rien que pour la tchatche.

 

- Prendre le temps et le soin de fermer sa boîte aux lettres et ses comptes perso avant de partir. Sinon, ne vous plaignez pas après des spam nationaux ou de nos frères à peau dépigmentée d’à côté.

 

 

- Quand vous vous apercevez que l’utilisateur précédent a omis de  déconnecter ses comptes, que la charité vous porte à les fermer sans indiscrétion, avant d’entamer votre travail.

 

Paix et joie du Christ!

 

Romain SEMENOU

 



15/04/2011
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 41 autres membres